BE THE LAST !

Il y a, en Corse, parmi les attentistes, une fraction d’entre eux qui sait ce qu’elle attend :
la sortie de L’Ultimu.

Mais que faire, en attendant ? Aller dare dare faire un tour à Neuchâtel (.ch), jeter un coup d’œil à l’expo « What are you doing after the apocalypse ? », proposée par le musée d’ethnographie. Sa clôture tombe pile poil le jour de la Saint Jean. Le hasard des calendriers fait que l’on peut parier aussi sur cette date pour la sortie de L’Ultimu. Ainsi pourrez-vous répondre à la question « après l’expo, tu fais quoi ? » par « je plonge dans L’Ultimu ». C’est la meilleure manière de conclure la visite d’une expo qui est la meilleure manière de se mettre en bouche avant d’attaquer la lecture.

Bon… Je sais… Tu t’es reconnu. Tu attends bien la sortie, toi aussi, mais — pas de bol — la saison des touristes, tu la passes sept jours sur sept sur le tabouret juste à côté du tiroir-caisse. C’est vraiment pas le moment de te dire d’aller voir à Neuchâtel (.ch) ce qui se passe. Je comprends. Mais si tu peux décrocher un peu à l’heure où ils sont tous à la plage, fais-toi dix minutes d’internet, mails compris, et jette un coup d’œil sur « La fin est proche, alors aime-moi encore ». Pour ma part, c’est là, en fait, que je suis allé. Pas trop d’accord pour me faire d’abord plumer par un tarif résident avant de tracer tout droit sur Neuchâtel voir ce qui s’y passe.

NOTULINA

L’Ultimu est le dernier — jamais senti à quel point ce mot pouvait être parfois sacrément ambigu — roman de Jean-Pierre Santini.