L'ULTIMU SQUELETTE COUV

On sait, désormais, que les bons gros lecteurs se précipitent sur les bouquins à pas rater et les mettent dans la pile des bouquins à lire, dessus ou dessous, selon le poids des curiosités intimes ou la force des pressions sociales.

Ça va tellement de soi que L’Ultimu est un bouquin à lire que c’est même plus la peine de dire pourquoi faut nécessairement alléger au plus vite les rayonnages de son dealer habituel.
La bonne com du moment c’est, maintenant, de pas rater le classement vertical. En haut de la pile : lecture prioritaire.

Pourquoi ? Simplement pour pouvoir dire au gré des conversations de salon que c’est fait. Regarder d’un peu haut ceux qui n’ont pas fini, leur donner un coup de coude, et dire « T’es d’accord ? Accélère ! ». Regarder d’un peu plus haut ceux qui n’ont pas commencé, leur donner un coup de coude et dire « Plonge ! Tu verras… ». Et assassiner gentiment du regard ceux qui prétendent que le point presse de leur micro-région accuse toujours un temps de retard, leur donner un coup de coude et dire « Pas de blabla ! Ne me dis pas que tu ne passes jamais par l’aéroport. » C’est pas plus mal de compléter le coup de coude par un clin d’œil : une communauté de lecteurs, avérés ou potentiels, c’est par définition rien que des complices. Dans l’assistance, dès lors qu’on passe à plus de sept, il y a, nécessairement et statistiquement, quelqu’un qui, nonobstant sa bonne volonté patente, ne sait même pas de quoi on parle : l’ultimu. C'est pas ton cas, j'espère ?

Au cas où, les apéritifs sont toujours sur la table. Sers-toi :

17/05 : L’interminable tarot de Barrettali
17/05 : Les « soliloques » de Natalucciu, version blog
16/05 : Memento « Terra Nostra »
16/05 : Barrettali : Petra scritta dà decifrà

13/05 : Hybridation de l'algue au rythme
12/05 : Ouvrir les guillemets dans la mer morte

Et demande vite à ton dealer favori de te dégotter L'Ultimu, roman de Jean-Pierre Santini, distribué par DCL.