danièle_maoudj[1]

En septembre dernier, Danièle Maoudj a présenté son troisième recueil de poèmes à Alger, lors du Salon du livre d’Alger. Ce vendredi 23 novembre, elle le présentera à Bastia, à la librairie Album, et le dédicacera de 15h00 à 19h00.

Après ses Rives en chamade (Paris : Harmattan, 2008) et Le Soleil est au bord du ravin (Alata : Colonna Ed., 2011), Danièle Maoudj poursuit son œuvre poétique avec Echardes (Alger : Espace Libre, 2012). L’ouvrage s’ouvre sur une préface de Téric Boucebci, poète et fondateur de 12x2 Revue contemporaine des deux rives. Il se termine sur une postface de Tarik Mira, député de Béjaïa (anciennement, Bougie).

Avec ces poèmes publiés sur le littoral algérien de notre mer commune, on peut s’attendre à ce que Danièle Maoudj, méditerranéenne des deux rivages, ait lancé sur ses flots et ses routes ses mots et ses doutes. Relier les rives et les rêves, c’est ce que l’on peut espérer d’un ouvrage préfacé par Térik Boucebci, qui dans un interview disait :  «  La méditerranée est un espace où langues, civilisations, cultures, économies, traditions se sont côtoyées et continueront de l’être. Quel que soit le lieu où ses vagues viennent s’échouer, elle est presque tout le temps désignée comme la mer du milieu, la mer d’entre les terres, elle réunit, elle relie. Et dans le même temps, elle indique la nécessité de l’effort pour se connaître. Elle ne sépare pas, mais invite à la découverte. L’Odyssée nous en montre les possibles, l’imaginaire qu’elle porte. Aller, d’Alger à Alghero en Sardaigne ou à Marseille, par la mer, est un voyage de rencontres vers d’autres cultures. Mon cheminement est d’aller de soi vers l’autre et non pour soi mais pour l’autre, pour ce qu’il est. » Un ouvrage à découvrir, sur lequel on reviendra après lecture critique. À suivre, donc…

[] Xavier Casanova

PHOTO : Danièle Maoudj lors du dernier festival du film amazigh à Tizi-Ouzou (Ph. X, service de presse).