LACANU DI NAZZACONI

En plein romantisme, au cœur de la Méditerranée, au centre de la Corse, apparaît un auteur, passé inaperçu au point d’être ignoré plus qu’oublié.

Se détachant totalement du pittoresque si cher à ses contemporains – qu’ils l’aient cherché dans la nature et son imitation ; ou dans les profondeurs de l’âme des hommes et des peuples –, Jean-Félix Cacciamosca se proposait de rendre compte du « typoresque », ou aptitude des choses à se présenter d’elles-mêmes sous l’espèce des vérités enseignées.

À ses yeux, il n’est en effet d’autre beauté que le sentiment de vérité procuré par la mise en concordance d’une chose et de ce que l’on en sait.

Pour preuve, l’exaltation du cristallographe quand sous sa loupe, plutôt que dans sa soupe, on lui glisse une pincée de sel marin.

* * *

À la veille du XIXe siècle, William Gilpin donne une synthèse de l’esthétique de son siècle finissant, et publie ses « Trois essais sur le beau pittoresque ». Pour tout anglais bien né, une bonne éducation se concluait nécessairement par un long périple méditerranéen, vécu comme une plongée libre dans la beauté antique, d’où découlait la beauté classique. Son siècle pensait que la beauté était une propriété des choses, en émanait et façonnait le regard, appelé à se parfaire à leur contact. Pour l’Anglais, ce beau est présent dans la nature, se recueille dans la nature et se façonne à l’image de la nature. L’art n’est qu’une transposition des harmonies naturelles.

À l’inverse, noyé de perspectives royales, le Français pense la beauté comme la projection d’une raison triomphante sur les formes indécises, complexes et inutiles de la nature. L’art est une mise au pas des formes et un dressage des regards, un effacement du caractère sauvage de la nature et une éradication du regard primitif qui en jouit. Tout doit concourir à soumettre le regard de tous à la raison, en rendant manifeste la puissance de ceux qui y souscrivent, roi en tête et clercs en queue.

En cette fin de XVIIIe siècle, Kant redistribue les cartes, avec sa « Critique de la faculté de juger ». Peut lui chaut, en effet, de prendre la norme du beau dans le pouvoir de la nature ou dans la nature du pouvoir. Ce qui l’intéresse c’est d’examiner comment se forme le jugement dans la tête d’un individu donné, à travers la mécanique subtile de l’entendement. On pourrait croire qu’il tue ainsi le pittoresque. Point du tout. Il contribue à en tuer un pour favoriser la naissance d’un autre : la peinture de mœurs, non pas à la manière des moralistes classiques, mais à celle des romantiques, à la recherche désespérée de leur âme et de celle des peuples, d’ici, d’ailleurs et d’autrefois.

Niestsche clôt le débat à sa manière en relativisant l’esthétique : à chaque type humain sa conception du beau et sa façon d’en jouir. Le beau des forts est le laid des faibles, et inversement. L’esthétique n’est qu’une manière déguisée et indirecte de jouer, les uns contre les autres, de la puissance ou de l’impuissance. Sous le jugement, la violence des encensements et des condamnations. Le beau comme le laid ne sont que des valeurs relatives : le regard est avant tout façonné par le type humain qui le porte. Marx poursuit à sa manière, en posant les types, leurs psychologies et leurs affrontements, non plus sur la puissance intrinsèque des individus, mais sur celle des collectifs qui les englobent, les situent et les entraînent dans la lutte généralisée des classes, dressées les unes contre les autres.

On arrêtera là, en s’excusant de résumer de manière aussi schématique la question de l’esthétique. Au demeurant, c’est assez dit pour ouvrir un audacieux pari. Nul doute, en effet, que le « Lacanu di Nazzaconi, village typoresque », extrait des « Essais sur le beau typoresque : lieux et gens typiques de Méditerranée » contribuera à asseoir en bonne place Jean-Félix Cacciamosca dans l’histoire de la pensée esthétique, et, à défaut, dans l’orgueil « typoresque » des gens de son île, de son lignage, et surtout de son village où « Cui, tuttu hè totalmente cum’altrò ».

[] Xavier Casanova, août 2013.

 


LAISSER UN COMMENTAIRE PEUT VOUS AIDER À CONNAÎTRE CETTE ŒUVRE,
COMME S’EN ABSTENIR PEUT RENFORCER SON IGNORANCE
ET PROLONGER AINSI SON OUBLI.