IGLOO_21« Ça t’a plu ? » dit Silke mezzo voce. Question susurrée du bout des lèvres. Façon dame de charité remettant sa culotte. Ou refermant son aumônière. Mélange ordinaire d’apaisement et de tourments. Besoin d’être rassurée. Se demande de toute évidence si elle a bien fait de faire sortir le génie de son amulette USB. Retombe sur ses pattes : « C’est vrai que c’est lourdingue si tu l’a pas vécu. » Dagmar, ton expert, façon content manager : « Faut revoir le texte : c’est trop compil et pas assez best off. » Moi, sentant s’éloigner le consensus et s’effacer les perspectives ouvertes par les lectures torves de ce vocable, guidées par une décomposition étymologique sonore et sauvage, fausse et prégnante, je lance : « Vodka ? ». Bon réflexe. Ça remet le scénario sur les rails. Silke, trinquant avec moi : « Bien aimé ta manière d’arrêter les diligences… » Dagmar, trinquant avec moi : « ¿Amigo, de cuál estado vienes? » Ça, j’aime. « Vous êtes trop ! » Le compliment porte. « Je vais vous en concocter une à mettre direct dans le best off ! » Image finale. Cadrage soigné. Silke et Dagmar sont hors champ mais la lampe à huile projette leurs silhouettes et sa lumière orangée sur un mur de glace en cul de four. Au premier plan, un godet verre trempé collectivité rempli aux trois huitièmes de vodka. Givre sur le verre. Traces de doigts sur le givre. Fins. Trace de lèvres aussi. Délicieusement ourlées. Reflets de flamme là où le verre est à nu. Pour le commentaire, vous direz : Diapo n. Le comble du Grand Nord. « On peut pas dire qu’on a tout vu à cause de la nuit polaire, ni qu’on a tout eu à cause des tempêtes, mais on a quand même fait ça : briser la glace dans un igloo. »

Extrait de : Jean Félix Cacciamosca, « Direction Grand Nord : Fragments du journal de bord d’une exploration à froid » in Après le bling-bling, le blog-blog, Ghisonaccia : Isularama / La Gare, 2010. Embroché, format flottant, 1688 caractères (espaces compris).