Isularama

12/01/17

Ils arrivent ! Mobilisons les troupes !

ILS ARRIVENT 3 AFFICHES

À Fior di Carta ne manque ni d’audace ni d’imagination pour poursuivre la “bookmob” inaugurée par Tarra d’accolta.  Enfin, pour l’instant, parlons simplement de “netmob” puisque le livre annoncé n’est pas encore sorti. Disons plutôt le livret puisque le texte qu’il véhicule est destiné au théâtre, comme le laisse ouvertement entendre la consultation lancée sur Facebook sur le choix d'une affiche.

La salle ? – Pour l’instant, faute de pâtissiers, de pâte à choux, de chantilly et de caramel, on ne peut pas encore parler de pièce montée. Au demeurant, la cuisine éditoriale fait déjà monter la mayonnaise avec les moyens du bord, c’est-à-dire sans fouet ni cul-de-poule. Seulement de l’audace et de l’imagination, osons-nous répéter faute de déjà  répéter la pièce elle-même. Mais, nul doute que ça viendra : la balle est lancée. D’abord aux enfants de la balle et ensuite à leurs troupes.

Le thème ? – Le 1er juillet 2015, un communiqué de France 3 Corse annonce la présence d'un bateau suspect au large de nos côtes. Aussitôt, un des animateurs de la fachosphère corse sur Facebook annonce : « Il semblerait qu'ils débarquent par Bonifacio cet après-midi ». « Ils », ce sont des migrants que le navire en question transporterait. La panique s'empare alors de tous ceux, hommes et femmes, dont la parole exacerbée révèle une véritable hystérie raciste et xénophobe. On crie aux armes et à l'accueil des migrants en se postant sur les tours anciennes pour leur tirer dessus !

L’auteur ? – En fait, tous ceux qui, chauffés par le facho, se sont précipités au bureau de change pour convertir leurs petites pétoches intimes en bonnes grosses haines collectives. Tous ceux qui sont montés au créneau avec le slogan qui tue et qui pue, pour le personnaliser, le décliner, le styliser, le dramatiser, l’amplifier, l’hystériser, l’enkyster et même le fossiliser. Facebook assurant le dépôt légal de tout, du pire “like” comme du meilleur “fuck”, s’y déploient de temps à autre des sortes de chromatographies révélant le spectre hallucinant des non-dits rampant sous les moquettes, prêts à sortir la tête si l’aspirateur reste au placard. Jean-Pierre Santini a simplement fait la récolte et joué les arrangeurs, donnant les petits coups de patte permettant de verser les raclures dans un autre récipient, en y ajoutant les petits coups de plume permettant de balayer – des yeux, s’entend – les ordures, en minimisant les accidents de lecture.

L’enjeu ? – Depuis, d'autres évènements se sont succédés, qui témoignent de la progression de l'idéologie fasciste dans certaines fractions de la population insulaire. Les Corses ont le devoir de dénoncer et de combattre une telle dérive incompatible avec les valeurs fondamentales qui ont animé les luttes menées en Corse au XVIIIe siècle, et qui ne se sont jamais effacée, pas plus dans les épisodes les plus apaisés que dans les périodes les plus agitées. Que notre force morale et nos mécanismes de défense, si bien aiguisés au cours des siècles, ne se retournent pas contre nous, et qu’ils continuent à étendre leur protection à tous ceux qui voient la Corse comme un refuge plutôt que comme un appât alléchant ou une proie facile, où domicilier leurs appétits sans bornes et leurs haines sans limites. Le théâtre est le lieu idéal où projeter, contre certaine folies du temps, un discours fort, mais sans haine : le matamore n’y est-il pas devenu un personnage pathétique ?

[] Xavier Casanova

Posté par musici à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10/01/17

Pasquale Paoli et la fille de l’aube

COUV PASCAL PAOLI DOLOVICI

Marie-Paule Dolovici est en train de réussi son pari fou : faire naître de sa fascination pour Pascal Paoli une œuvre aussi originale qu’audacieuse, inaugurant un genre nouveau entre roman historique, admirablement documenté, et romance sentimentale, indéniablement palpitante. Les passions fortes n’ayant pas de limite, Pasquale Paoli et la fille de l’aube s’annonce comme une véritable saga en trois volumes dont le premier, L’asphodèle et l’olivier, vient d’arriver sur les rayons des librairie, où il mérite – tout au moins en Corse dans un premier temps – d’être d’entrée de jeu présenté à plat, au milieu des meilleures ventes escomptées.

Soyons honnête, lorsque je dis ça, je parie du très gros en jugeant de très peu. Je n’ai pas lu davantage que le prologue et le premier chapitre. Mais rares sont les livres dont je me sente expulsé en une trentaine de page, non pas par l’ennui mais par l’impérieuse nécessité d’aller aussitôt confier mon enthousiasme à mon clavier.

Vous imaginez bien que je ne suis pas entré totalement neutre dans ce roman qui touche à une figure sacrée. Le sacre instaure avec lui la crainte du massacre, où, tout au moins de l’affadissement du héros, en osant glisser des instants de vie très ordinaire entre deux images d’épinal. La piste empruntée par Marie-Paule Dolovici, à cet égard, est imparable. Elle a avant tout exploité la correspondance de Paoli, c’est-à-dire une somme de documents distincts des déclarations publiques et des actes officiels. L’abondance et la diversité de ses lettres laisse en effet filtrer son lot de situations banales, de pensées spontanées et d’émotions natives.

Vous imaginerez, aussi, que je ne suis pas entré neutre dans ce roman, ayant eu assez récemment l’honneur et le plaisir de conduire la réédition de Ribella. Marie-Paule Dolovici y faisait ses gammes à travers un recueil de nouvelles, où émerge déjà la rencontre de son héros et de son héroïne. Dans cette œuvre première, cette rencontre est pour l’essentiel fantasmée et limitée à une nouvelle. Dans l’œuvre magistrale, point de fantasme, ni même de fantaisie. Tout reste scrupuleusement encadré par le chemin de vérité que cherchent à tracer les historiens. L’auteur le double simplement d’un chemin de véracité, permettant quelques plaisantes ondulations vagabondes. Mais, est-ce vraiment loin de ce à quoi les historiens eux-mêmes s’abandonnent lorsqu’ils caressent les hypothèses, sans pour autant donner dans le merveilleux ?    

La lecture du prologue et du premier chapitre satisfait pleinement à ce que l’on attend en premier lieu d’un roman historique : se sentir plongé dans une période révolue, dont l’auteur reconstitue l’ambiance générale, de scène en scène, de manière crédible. Ainsi en est-il de la scène où une maison se transforme en auberge pour l’accueil de la petite troupe accompagnant Paoli, fraichement débarqué. Ce que l’on en attend, aussi, c’est d’être entrainé dans une intrigue. Ici, elle se met en place dès le premier chapitre, en douceur, à travers les regards et les quelques paroles qu’échangent entre eux la toute jeune Anna et le futur Général de la nation. Intrigue sentimentale. Mais elle n’en reste pas là. Anna accomplit aussi la transformation qui la désigne comme héroïne : elle se coupe les cheveux et endosse les vêtement de son frère. Métamorphose. Elle se fait alors admettre dans l’escorte de Paoli. « Anna-morphose », dirons nous alors, pour souligner d’un jeu de mot qu’Anna est le point de vue sous lequel l’Histoire change d’aspect tout en conservant ses propriétés fondamentales.

Cette « Anna-morphose » fait de Anna un personnage de transition, qui adopte les habits masculins pour introduire sa féminité dans le monde des mâles. Elle s’offre ainsi comme fil conducteur des projections masculines tout autant que des projections féminines, par un subterfuge qui avive la circulation de ce qui circule si mal sous un joug tyrannique et à peine mieux dans les combats pour s’en libérer : le désir. Et si nous acceptions de réécrire l’histoire en ouvrant davantage les yeux sur ce flux là ?

C’est ce que tente Marie-Paule Dolovici avec son Pasquale Paoli, qui promet un ouvrage aussi historiquement succulent que le Pascal Paoli de Francesco Domenico Guerrazzi, mais sans les longueurs et les lourdeurs de ce tribun en exil, servant le Général en exemple et contre-exemple à la kyrielle de révolutions diverses et variées qui secouaient la Péninsule italienne à la fin du XIXe siècle. La Corse est aujourd’hui à un tout autre tournant et peut s’essayer à parcourir à nouveau avec fierté son passé. Sans luttes, nous ne serions pas ce que nous sommes. Sans amour, nous ne serions plus.

Dà leghje ! À deux, pour une fois.

[] Xavier Casanova, janvier 2017

Marie-Paule Dolovici,
Pasquale Paoli et la fille de l’aube :
l’asphodèle et l’olivier (volume 1),

Lormont : Le Bord de l’eau, 2017.
(Coll. Spondi).
Broché, format 140x210, 350 pages, 20,00 €.
ISBN 978-2-35687-0

Posté par musici à 03:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07/01/17

L’herbe du bonheur dans l’eau de la malice

COUV Herbe du bonheur

« Il faut répondre alors par une œuvre nouvelle
qui inscrive dans l’espace la passion d’être seul. »

L’ouvrage, lui, n’est pas seul. Il vient s’ajouter à une bibliographie qui en énumère déjà 28, si on écarte du décompte les œuvres collectives. Elle couvre une période de 16 ans, si on écarte du décompte Le non-lieu. Ce premier roman, paru en 1967 au Mercure de France, restera en effet sans suite pendant 33 ans.  En 2000 s’ouvre alors une période prolixe avec la publication d’un essai politique, Front de libération nationale de la Corse : de l’ombre à la lumière, publié en 2000 à l’Harmattan, suivi un an plus tard par Le froid au cœur, publié en 2001 par Lacour-Ollé.

En quatrième de couverture de ce dernier ouvrage, on lisait : « Pour Julien qui, avec d’autres, avait lutté pour une communauté de rêve, l’histoire tournait au cauchemar. Dans cette île désormais innommable, l’exil était en soi. » Second exil. Bien longtemps auparavant, Jean-Pierre Santini s’était exilé du cercle prestigieux où il avait été accueilli avec son premier roman, en s’engageant corps et âme dans l’écriture collective du nouveau destin d’une Corse se remettant en marche vers son émancipation.

Trois décennies de luttes, entachées par ces années de plomb où les boussoles s’affolent, où « l’herbe du bonheur » est submergée par « l’eau de la malice ».  Mot d’enfant. Titre d’ouvrage. Le dernier né dans ce second exil où se ressassent des histoires de plus en plus intimes et détachées de l’Histoire, qui ne transparait plus qu’à travers quelques rares allusions aux gestes militants, autrefois sûrs d’écrire la Geste de l’île. Sans rature. Sans bavure. Sans césure.

Au dessus ? – La vie. Mais « Paul avait renoncé au voyage. Il resterait là, le corps embossé comme un vaisseau dans l’anse noire de l’ultime refuge ».
Est-ce un roman ? – Non, c’est la vie. L’attente d’une « tendresse silencieuse qui rende les instants supportables. »
Est-ce un récit ? – Oui. « On peut toujours résister à l’ordre des choses en se faisant un spectacle de la vie. »
Où conduit-il ? – Nulle part. Peut-être en soi. « On ne part pas pour être ailleurs, mais pour éviter d’être encore là. »

Oui, il y a bien un récit, entre ces propos. Plusieurs récits, même. 70 récits, pour être exact. Mais il n’est pas sûr qu’ils surgissent dans l’ordre chronologique. Et si tu reprends la lecture, in extenso ou en grappillant, le temps se brouille encore plus. L’exil conduit chaque fois à faire le deuil de tant de choses…

« Les hommes sont faits pour commencer les histoires
et leur donner une suite, pas pour y mettre un terme
. »

Lis donc ! Impérativement, si tu es passé à côté des 28 ouvrages précédents. D’urgence, si tu n’en a raté aucun. 

[] Xavier Casanova

Jean-Pierre Santini,
L’herbe du bonheur dans l’eau de la malice,
Barrettali : À Fior di Carta, 2016.
Format 110x180, 104 pages, 12,00 €
ISBN979-10-95053-16-3

Posté par musici à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06/01/17

Modernisation de la Corse au XIXe

COUV MODERNISATION CORSE

Marco Cini, qui enseigne l’histoire économique à l’Université de Pise, vient de verser à la « Bibliothèque d’histoire de la Corse » un volume consacré aux mutations majeures que connaît l’île au XIXe siècle.

Se porte ainsi sur notre histoire – comme par exception – un regard distinct du francocentrisme qui d’ordinaire la façonne. Ce regard embrasse un monde méditerranéen d’où la France n’a eu de cesse de vouloir extraire la Corse, à ses seuls profits. Ce regard est porté depuis le littoral toscan et dresse le portrait d’un archipel dont une des îles majeures s’éloigne sous l’effet d’une conjonction de facteurs économiques et politiques. Dans son ouvrage, Marco Cini s’attache essentiellement aux paramètres économiques en leur consacrant 60% des pages, réservant les 40% restant aux aspects politiques et culturels. L’ensemble donne un ouvrage apportant un éclairage précieux sur la manière dont la Corse a traversé ce XIXe siècle fortement marqué par l’avancée des sciences et de leurs applications, notamment dans la conduite des travaux agricoles et le développement de l’industrie. Pour la Corse, on peut sans risque parler de mutation, dont les traces les plus visibles aujourd’hui sont le réseau des routes insulaires ouvertes sous le Second Empire, tout autant que celui des routes maritimes où dominent depuis lors celles qui relient la Corse à Marseille, Toulon et Nice, loin devant les liaisons vers le littoral ligure ou toscan.

L’ouvrage – qui sans conteste fera référence – n’intéressera pas que les économistes et les historiens. Toute histoire, même économique, est avant tout une histoire humaine. À cet égard, Marco Cini offre un tableau très documenté des flux migratoires entre la Corse et la Toscane, liant les faiblesses démographiques de l’île et les surplus de main d’œuvre, durables ou saisonniers, propres aux montagnes dominant le littoral toscan. Dans sa seconde partie, il consacre un chapitre aux proscrits et réfugiés passés de la Péninsule à la Corse au cours des soubresauts politiques du Risorgimento. Bastia est alors observé depuis les états italiens. Ces derniers suivent avec intérêt les mutations en cours dans une bourgeoisie d’abord dressée contre les Bourbon puis les Orléans, mais qui par la suite accueillera favorablement la IIIe République et le Second Empire, prenant alors durablement ses distances à l’égard de la Péninsule et de la difficile constitution de son unité politique. Un long développement est consacré aux lois douanières, qui annihilent tous les résultats obtenus dans les domaines agricoles et industriels, en maintenant la Corse dans un commerce inégal jusqu’en 1912.

Au premier regard, l’ouvrage a toutes les apparences d’un livre universitaire austère, avec ses 539 notes de bas de pages. Au demeurant, cette impression s’efface dès que l’on entre dans le texte, admirablement servis sous une traduction aussi fluide qu’élégante. C’est dommage, à cet égard, que certains de nos universitaire se privent – dès lors qu’ils écrivent directement en français – du lissage qu’apporterait à leurs texte leur traduction s’ils pouvaient la confier à un expert partageant les qualités du traducteur de :

Marco Cini,
Modernisation de la Corse au XIXe siècle :
économie, politique, identité,
Ajaccio : Albiana, 2016.
Coll. Bibliothèque d’histoire de la Corse.
Trad. de l’italien par Petr’Antò Scolca.
Broché, 226 pages, 16,00 €
ISBN 978-2-8241-0791-2

Petr’Antò Scolca
est par ailleurs le traducteur de
Francesco Domenico Guerrazzi :
– La Tour de Nonza,
– Pasquale Paoli ou la déroute de Ponte Novu.

Posté par musici à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/01/17

Criazione di cappu d'annu : u garbu è la manera

CAPPU D’ANNU MMXVII

Sia dolce l'annu novu.

Posté par musici à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Criazione di cappu d'annu : laziu è risa

# AUGURI 2017

Dolce sia l'annu novu.

Posté par musici à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31/12/16

Chjudemu l'una pè spalancà l'altra

DEMUCI A PENA D’ARIA

Demuci à pena d’aria.

Posté par musici à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23/12/16

Oïkos, un polar attique et atypique

COUV OÏKOS MOSAIC

Oïkos est le cinquième polar versé par Jean-Louis Tourné à la Nera d’Albiana [•], une collection née en 2004 et s’approchant désormais de la quarantaine de titres. Comme dans L’Or est un poison, l’intrigue a pour cadre la Grèce, et remet en scène le même narrateur et son acolyte, Ploutarchos. À leur côté, apparaît Aphrodite, une jeune et belle chanteuse. Ce trio, éperdument complice et amoureux, entre en scène, marchant vers une maison, un manoir, un oïkos, vers lequel ils se dirigent en prestataires de services.

Cet oïkos est un univers à part, féodal et suffisant, où le palais vit des rentes tirées sur son domaine, sur ses dépendances et sur sa cohorte de serviteurs. Cet oïkos est aussi un théâtre immense et sans gradins où gens du même monde s’offrent aux uns aux autres de somptueuses réceptions, où se donne sans réserve le spectacle outrecuidant de leur toute puissance, de leur capacité à vivre comme des dieux, au dessus des contingences ordinaires des simples mortels.

Cet oïkos prend la parole, dit et répète : « Je suis la maison. Je suis celle que chacun convoite. » Au début du livre, de brefs chapitres interrompent ainsi le fil du récit pour évoquer sur un autre ton – lyrique, sibyllin et tourmenté – ce que chacun a sur le cœur, plus haut ou plus profond que les péripéties qui s’accumulent à la surface des choses. À travers l’enquête, la narration va bien les réduire à un ordre logique : des causes et des effets, des crimes et des coupables. Saurait-elle en dévider le fil dramatique ? Un fil infiniment plus long, plus durable et plus coriace que les petits segments disséqués par la raison : la convoitise. Sempiternelle. Insatiable. Vampirique.

Le trio apaise cette source de discorde en partageant entre eux affection et plaisir. Le monde clinquant dans lequel ils pénètrent l’exacerbe en appétits sans limites et rivalités sans mesures. Les trois amoureux projettent sur ce monde leurs regards saltimbanques et désabusés d’artistes et de fonctionnaires, membres d’une classe moyenne impuissante à opposer à cette démesure un juste milieu fondé sur les harmonies de l’art, les rigueurs de la raison et la vérité des sentiments.

Plus que la maison, l’oïkos désignait jadis la maisonnée, le lieu où des individus se groupent pour produire, accumuler et partager les ressources d’un domaine. L’oïkonomia désignait alors – avant de se dévoyer en doxa frelatée – l’art de gérer cet ensemble de biens et de personnes, d’y faire naître, entre les rivalités, un juste milieu, un intérêt commun. « Mais, déjà, ce n’est plus notre histoire. Notre histoire à nous, recommence avec ses nuits douces et ses caresses. » Repli sur cet improbable équilibre entre les doubles – Ploutarchos et le narrateur – dont Aphrodite est le fléau.

Ça se lit comme un bon polar, mais les ficelles du genre y déroulent une pelote aux parfums de tragédie antique, comme s’il était aujourd’hui suicidaire d’évoquer ouvertement les puanteurs glaçantes du présent. Cristallin, donc, mais biréfringent. Dà leghje !

[] Xavier Casanova

Jean-Louis Tourné, Oïkos,
Ajaccio : Albiana, 2016. (Coll. Nera)
Broché, 144 pages, 14,00 €
ISBN 9782824107370


[•]
Du même auteur, dans la même collection : 
– L’or est un poison, 2013.
– Jeux de vilains, 2010.
– Noire Formose, 2009.
– Les saints et les morts
, 2008.

Posté par musici à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20/12/16

Teaser d’une nouveauté attendue début janvier

MIROIRS BLOG

Henri Etienne Dayssol vient de mettre sous presse Au Labyrinthe des miroirs, qui sera disponible dans les premières semaines de janvier 2017. Cet ouvrage accompagnera son auteur dans ses tournées poétiques entre Giraglia et Pertusatu, avec même quelques incursions audacieuses et attendues aux quatre coins de l’hexagone. On sait pertinemment que, dans cette aventure, il n’est pas seul, mais mica nomi.

Ci-dessous, un avant goût :

Posté par musici à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15/12/16

Dominique Ottavi : « Pas l'amour »

PAS L’AMOUR

(XC à DO, verbatim). Tu vois, cette fois-ci le critique littéraire latéral (Les positions centrales ne sont-elles pas verrouillées ?) va te parler direct, d’ombre à ombre (Me dis pas que t’es davantage que moi dans la lumière du jour, celle qui éclaire l’air du temps de belles dystopies dont le pire-obscur corrige la fadeur froides des espérances factices et frelatées).

« Récit », dis-tu sous le titre Pas l’amour. Vois-tu, je prends ça pour un coup de tampon de ton éditeur. Il n’en a pas cinquante. Tu aurais pu faire comme Marie-Jean[1] et ajouter « onirique ». En effet, page 1, je lis « et légender mes propres rêves ».

« Récit » ? Pas vraiment. Acte. « Et ce sera ton livre, Anna », dis-tu en le faisant. Alors que la rhétorique préconise la capture liminaire de la bienveillance du lecteur, ce que tu annonces est la captation d’Anna, son enfermement dans ton récit-légende.

Légende ? Oui, mais dans le sens de mots jetés sous une image. Image fugace dans le rêve, obsédante dans les hallucinations. Jamais montrée. Jamais décrite. À peine évoquée, et légendée. À l’emporte-pièce. Avec les mots qui passent, qui s’imposent, qui résonnent, qui se répondent, comme les vagues circulaires sur la peau tendue du lac écrivent la légende du pavé jeté dans la mare.

Jeté quand ? Comment ? Pourquoi ? Va savoir… « Tu as chaque fois moins de souvenirs et les douleurs s’amenuisent au grand soleil libre qui (après le pavé, voici venir les vagues, dit le commentateur) gèle ses menteurs, foudroie ses arpenteurs, stupéfie ses maîtres chanteur… ». Tu vois ? L’émotion pure était là. Aussi transcendante que la raison kantienne. Il n’en reste que l’écho. L’écriture est toujours après coup. L’instant n’existe pas. Il submerge. Il ébranle. Il te jette dans l’océan des mots où tu t’accroches à ceux qui remontent à la surface. En vrac. Libres. Pas englués dans les « régimes de vérité » (merci Michel) où rien ne dérange les évidences pas davantage que les certitudes. Libérés de leur gangue par le choc du pavé. L’image du désir. L’énergie. Primordiale. La vie. Comptée, chez les mortels. Inquiète. Mais, « ne t’en fais pas, n’aie plus peur de rien, plus de craintes ni de regrets, l’immortalité c’est tout de suite, à cet instant précis, (voici encore venir les vagues, ajoute à nouveau le commentateur) sarabandes dérisoire, défis lilas face à la peur, rafales de fusil automatique dans la cible de l’éternité, maladresse enchantée… »Je vois alors la danse de tes doigts sur le clavier, ou peut-être, comme autrefois, leur pas de deux avec un stylo à plume d’or, insatiable et nécessaire. Je lis un « récit » qui échappe sans partage ni concession à ces mises en écriture où la précision biographique sert tout autant à héroïser les uns qu’à assujettir les autres dans une distribution normée d’exploits de demi-dieux et de symptômes de moitié fous. « À chacun de calculer sa vie, sans la salir. »

Pas l’amour, s’il ne s’agit que d’un mot soigneusement rangé, comme les restes d’un repas[2] (voici venir les derniers mots du texte) « en bon ordre dans le vieux Frigidaire blanc (…) qui date de ma naissance. » Est-ce vraiment utile de les remettre au frais à la dernière page quand à la première tu as annoncé « C’est ma dernière traversée, Capitaine… » ? Oui. D’autres feront la leur. Traversée ou révolte. En mer. En chambre. Toujours devancés par l’énigme du désir et le tourbillon des mots.

Enivrant. Tu vois ? Mon texte est bien une recension. Mais d’un « récit » si contagieux…

[] Un extrait lu par l'auteur (vidéo)

Dominique Ottavi, Pas l'amour : récit,
Paris : L'Harmattan, 2012 (Coll. Ecritures).
68 pages / 10,50 €

[1] Marie-Jean Vinciguerra, Bastion sous le vent : récit onirique,
Colonna Edition, 2011.
[2] Reste d’un repas : analecta, en grec (si tu vois ce que je veux dire).

Posté par musici à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09/12/16

Picture for the last advent’s day

AVENT

An excerpt from « French Secular Virgin’s Mispresentations for every blessed Advent’s day » or «  Il est né le divin avent ». Picture by Giant Fail Leeks Capt. Chamoska. Digital marquetry adapted from : Marty Noble, Nativity Stained Glass Coloring Book, New York : Dover Publications.

To continue the meditation to the very end :
further information (in french).

Posté par musici à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un texte d’Asli Erdogan emprisonnée à Istambul

 

FLAG TURK

Il y a un mois, les écrivains Tieri Briet et Ricardo Montsarrat Galindo ont commencé à rassembler des textes d’Asli Erdogan destinés à être diffusés de toutes les manières possibles (L’Humanité, 15/11/2016). Parmi ces écrits, nous en avons retenu un pour ses résonnances avec un texte d’un de nos auteurs, dont un extrait avait été publié dans l’œuvre collective Tarra d’Accolta, avant sa parution in extenso au catalogue de À Fior di Carta.

« Je suis née à Istanbul en 1967. J'ai grandi à la campagne, dans un climat de tension et de violence. Le sentiment d'oppression est profondément enraciné en moi. L'un de mes souvenirs, c'est à quatre ans et demi, lorsqu'est venu chez nous un camion rempli de soldats en armes. Ma mère pleure. Les soldats emmènent mon père. Ils le relâchent, plusieurs heures après, parce qu'ils recherchaient quelqu'un d'autre. Mon père avait été un dirigeant important du principal syndicat étudiant de gauche. Mes parents ont planté en moi leurs idéaux de gauche, mais ils les ont ensuite abandonnés. Mon père est devenu un homme violent. Aujourd'hui il est nationaliste. J'étais une enfant très solitaire qui n'allait pas facilement vers les autres. Très jeune j'ai commencé à lire, sans avoir l'intention d'en faire mon métier. Je passais des journées entières dans les livres. La littérature a été mon premier asile. J'ai écrit un poème, et une petite histoire que ma grand-mère a envoyés à une revue d'Istanbul. Mes textes ont été publiés, mais ça ne m'a pas plus du tout : j'étais bien trop timide pour pouvoir me réjouir. Plusieurs années plus tard, à 22 ans, j'ai écrit ma première nouvelle, qui m'a valu un prix dans un journal. Je n'ai pas voulu que mon texte soit publié. J'étais alors étudiante en physique. Je suis partie faire des recherches sur les particules de haute énergie au Centre Européen de Recherche Nucléaire de Genève. Je préparais mon diplôme le jour et j'écrivais la nuit. Je buvais et je fumais du haschich pour trouver le sommeil. J'étais terriblement malheureuse. En arrivant à Genève, j'avais pensé naïvement que nous allions discuter d'Einstein, de Higgs et de la formation de l'univers. En fait je me suis retrouvée entourée de gens qui étaient uniquement préoccupés par leur carrière. Nous étions tous considérés comme de potentiels prix Nobel, sur lesquels l'industrie misait des millions de dollars. Nous n'étions pas là pour devenir amis. C'est là que j'ai écrit Le Mandarin miraculeux. Au départ j'ai écrit cette nouvelle pour moi seule, sans l'intention de la faire lire aux autres. Elle a finalement été publiée plusieurs années plus tard. Je suis retournée en Turquie, où j'ai rencontré Sokuna dans un bar reggae. Il faisait partie de la première vague d'immigrés africains en Turquie. Très rapidement je suis tombée amoureuse de lui. Ensemble, nous avons vécu tous les problèmes possibles et imaginables. Perquisitions de la police, racisme ordinaire : on se tenait la main dans la rue, les gens nous crachaient dessus, m'insultaient ou essayaient même de nous frapper. La situation des immigrés était alors terrible. La plupart étaient parqués dans un camp, à la frontière entre la Syrie et la Turquie. Plusieurs fois, j'ai essayé d'alerter le Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU sur leur sort. Mais c'était peine perdue. Je ne faisais que nous mettre davantage en danger Sokuna et moi. Puis Sokuna a été impliqué dans une histoire de drogue et il nous a fallu partir. Des amis m'ont trouvé une place dans une équipe de scientifiques au Brésil, qui travaillaient sur ma spécialité. Je pouvais y terminer mon doctorat, mais Sokuna n'a pas pu me suivre. Il a disparu, un an après. Je suis restée seule avec mes remords. Rio n'est pas une ville facile à vivre pour les migrants. J'ai alors décidé de renoncer à la physique pour me consacrer à l'écriture. Mais ce n'est qu'à mon retour en Turquie que j'ai écrit La Ville dont la cape est rouge, dont l'intrigue se passe à Rio. L'héroïne est une étudiante turque, qui se perd dans l'enfer de la ville brésilienne. J'étais étrangère au Brésil, mais aussi étrangère en Turquie. Je ne me sens chez moi que lorsque j'écris. Vingt ans plus tard, aujourd'hui, je me sens toujours comme une sans-abri. J'aime bien Cracovie, je pourrais y rester encore longtemps, mais je sais bien qu'il faut laisser la place à ceux qui attendent un asile. Il faudra bien que je retourne en Turquie. En attendant, chaque jour, je me dis que dans mon pays tout le monde sait bien que je suis devenue l'écrivaine turque la plus populaire. Tout le monde le sait, mais pourtant tout le monde se tait. C'est sans doute cela, aujourd'hui, l'exil le plus terrible ».

Texte lu sur France Inter en septembre 2016.

Voir aussi :

Posté par musici à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05/12/16

Solidarité avec Asli Erdogan emprisonnée à Istambul

À Ajaccio, la librairie La Marge et le poète Dominique Ottavi se sont associés à « Lire pour qu’elle soit libre ! », une action de solidarité parainnée par Amnesty International en faveur de l’écrivaine Asli Erdogan.

Elle a été arrêtée le 16 août et se trouve désormais emprisonnée à Barkirköy, la prison pour femme d’Istambul. Des accusations fallacieuses de « propagande en faveur d’organisations terroristes » font planer au dessus d’elle rien moins que la menace d’une condamnation à perpétuité.

Asli Erdogan 01

Dans cette action, de nombreuses librairies et bibliothèques ont ouvert un singulier calendrier de l’avant en donnant chaque jour, du 1er au 24 décembre, une lecture publique d’extraits du dernier livre d’Asli Erdogan, Le Bâtiment de pierre, dont Actes Sud a publié la traduction en 2013.

Samedi 3 décembre, Dominique Ottavi a convié à cette lecture  quatre des auteurs ayant contribué comme lui à  Tarra d’accolta, un ouvrage collectif contre le racisme publié en décembre 2015 par À Fior di Carta.

Asli Erdogan 02

Asli Erdogan 03

Asli Erdogan 04

Asli Erdogan 05

Asli Erdogan 06

« Nous rirons plus tard,
pour l’instant je vais vous amener
dans le bâtiment de pierre. »

(page 15)

Posté par musici à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23/11/16

Le Front Littéraire Nomade de la Corse à Ajaccio

DATES

Après Pigna, Albu, Ghisoni, Luri et Bastia, le Front Littéraire Nomade de la Corse se déplacera à Ajaccio. Ce sera au Bistrot du Cours, le samedi 3 décembre à partir de 16h00. À nouveau, il célèbrera les 10 ans de littérature rurale des éditions À Fior di Carta.

Dans un premier temps de la cérémonie, Jean-Pierre Santini dressera un bilan rapide d’une aventure s’approchant de la centaine de titres édités, avant de laisser les derniers auteurs édités par ses soins présenter et dédicacer leurs nouveautés.

Dans un deuxième temps, le public sera convié à donner de la plume dans un atelier d’écriture ouvert à toutes les bonnes volontés. Ainsi, chacun pourra prendre part à un exercice de littérature en bande organisée qui débouchera sur une œuvre collective.

Elle sera publiée dès que les textes assemblés atteindront la masse critique permettant de façonner un bel ouvrage de librairie. Les contributions ne seront pas signées, mais les pages de garde de ce projet sont déjà réservées, prêtes à accueillir la liste exhaustive des contributeurs.

Nul doute que le concours des ajacciens à l’apport récent des bastiais provoquera un saut décisif de ce work in progress vers sa publication. Au demeurant, d’autres cueillettes sont prévues tant il serait dommage, dans ce projet, de laisser trop de zones d’ombre sur le territoire littéraire de la Corse.

À quelli numarosi chi penseranu soca che prima sobra tuttu cio chi si scrive in corsu, stu Frontu dicera chi st’attelu hè apertu à tutti i cooficialofoni è altri ambidestri. Difatti, s’apre une casa di penna, è mica di pena. U più scarsu, u più caru. Cusi sia.

Ajaccio
Bistrot du Cours
Samedi 3 décembre, 16h00
SCONTRU È ATTELU
Rencontre et atelier d’écriture publique
Organisé par les éditions À Fior di Carta
Animé par un collectif d’auteurs
(Entrée libre)

IMAGE : « DATES À RETENIR », ILLUSTRATION GENERIQUE, © La Gare.

Posté par musici à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

À Fior di Carta au Bistrot du cours (Aiacciu)

Ça se passera à Ajaccio, le lendemain de l’anniversaire du sacre du premier et du coup d’Etat du troisième. Mais c’est mieux ainsi car, cette année, ces anniversaires ne sont pas tombés un samedi. Or, il en faut un pour réunir un peu de monde dans un atelier d'écriture publique. Affûtez vos plumes et testez-les immédiatement en notant sur votre agenda que vous êtes attendu le 3 décembre au Bistrot du Cours, pour un « scontru è attelu » où vous vous promettez d’alimenter de 6 paragraphes de votre main l’œuvre collective de bonne facture à paraître dès que le volume de textes réunis aura atteint la masse critique permettant de les porter à l'édition.

BISTROT DU COURS

Posté par musici à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18/10/16

À Fior di Carta à l'Alb’Oru le 22 octobre à 16h00

ALB’ORU INVIT

Tous les lecteurs d'Isularama sont invités à participer à la célébration des « dix années de littérature rurale » des éditions À Fior di Carta et à l’atelier d'écriture publique qui leur permettra de contribuer ainsi à la rédaction d’une œuvre collective dont ils sont les auteurs.

ALB’ORU V2

Posté par musici à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02/08/16

Musée de nulle part / Museu senza locu

MUSEE DE NULLE PART

Posté par musici à 18:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Lama 2016 : le prix du livre corse fait son cinéma

Cette année, le festival du film de Lama s’est ouvert sur « un double hommage, au cinéma et à la littérature, tant il est vrai que bien souvent les bons livres ont donné de bons films. » C’est, en effet, dans ce cadre que le jury du livre corse, présidé par Jocelyne Casta, a remis les prix 2016. Isularama a réussi à glisser un Nikon au milieu des caméras officielles et des multiples imageurs personnels, pour un reportage à sa façon de cet événement admirablement orchestré.

LAMA 2016 01

LAMA 2016 02

LAMA 2016 03

LAMA 2016 04

LAMA 2016 05

LAMA 2016 06

LAMA 2016 07

Posté par musici à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18/07/16

À Fior di Carta / 10e anniversaire : Marina d’Albu

Le 17 juillet 2016, Toussaint Morganti accueillait sur la terrasse de son restaurant capcorsin un des événements nomades marquant le dixième anniversaire des éditions À Fior di Carta. Sous la direction de Jean-Pierre Santini, une petite caravane d’auteurs a donné lecture de morceaux choisis, avant d’inviter l’assistance à prendre la plume pour un petit atelier d’écriture public.


160717 DOMINIQUE PIFERINIDominique Piferini. – Lecture d’un extrait de Ribella (Marie-Paule Dolovici, 2016) et de La Vie en négatif (Dominique Piferini, 2016).

160717 Jacky CasanovaJacky Casanova. – Lecture de « Conscience » (Jacky Casanova in Tarra d’Accolta, 2015).

160717 HENRY DAYSSOLHenry Dayssol. – Lecture de « Ouhibbouka » (Henry Dayssol in Tarra d’Accolta, 2015).

160717 Xavier CasanovaXavier Casanova. – Lecture de trois extraits de L’Ultimu (Jean-Pierre Santini, 2012).

160717 Jacques DenisJacques Denis. – Lecture commentée d’extraits de Brève histoire des consultes de Corse (Jacques Denis, 2016) et de « Mobiliser contre la fachosphère » (Xavier Casanova in Tarra d’Accolta, 2015).

160717 JP SANTINIJean-Pierre Santini. – Lecture d’extraits de Retour à Tippale (Guidu Benigni, 2016) et de la préface de Analecta Corsicæ (Xavier Casanova, 2016, préface de Petr’Antò Scolca).

160717 ATELIER D’ECRITUREUn jeune anonyme. – Après les extraits du corpus operatum, le modus operandi. Le benjamin de l’assistance, écrivant sur ses genoux, verse sa contribution à l’œuvre collective à naître des ateliers d’écriture publics qui suivent immédiatement la présentation des éditions À Fior di Carta et la lecture, par les auteurs eux-mêmes, de quelques belles pages de son catalogue.

Images. – 7 ph. MC © by À Fior di Carta, 2016.

08/07/16

Séminaire : U Trinighellu en gare pour exégèse

COUV TRINICHELLU

L’histoire à venir – et à écrire à plusieurs mains dans le projet éditorial conduit par Olivier Collard – s’est ouverte avec la création d’un personnage dénommé « le glébeux ». Cette nomination est l’acte initial de sa naissance au texte, comme de la naissance des textes. C’est uniquement à cet acte qu’est consacré le présent séminaire où La Gare accueille U Trinichellu, pour exégèse. Ce qui est la moindre des choses à la sortie des deux premières rames.

Naissance au texte

En son temps viendra dans le texte, dès la page 16, une allusion à La Bible de Chouraqui, ce qui autorise les rapprochements massorétiques avec une autre naissance au texte : celle d’Adam, au deuxième chapitre de la Genèse. Notons alors précisément que dans Gn 2:7 « Elohim forma ha-adam, poussière de ha-adama ». En hébreu, adm désigne l’humanité, ha-adam l’homme et ha-adama, la glaise. Ainsi Adam est-il, littéralement, « le glaiseux ». Il n’est pas nécessaire d’être érudit pour le savoir puisque qu’il suffit d’être curieux, en des temps où en tous lieux, quiconque peut s’extraire d’un propos pédant pour s’en aller lire par lui-même, sur son portable, sa tablette ou son ordi, ce que de ceci Wiki en dit (art. Adam).

Substitution : le recours à l'hébreu

Ce « glaiseux » biblique devient, dans Trinichellu (1) le « glébeux », soit une substitution de « b » à « s ». Si on veut bien admettre la mise en relation de ces deux termes, alors on admettra que l’on s’autorise à passer par l’hébreu pour interpréter le passage de l’un à l’autre, comme on passe parfois d’une métrique à l’autre à la jonction de deux réseaux ferrés distincts.

Ainsi :
– Au « s » de « gléseux » correspond, en hébreu, la lettre zaïn | ז | prononcée /z/, signifiant « arme », de valeur numérique 7.
– Au « b » de « glébeux » correspond, en hébreu, la lettre beth | ב | prononcée /b/, signifiant « maison », de valeur numérique 2.

Le passage de gléseux à glébeux peut ainsi se lire comme dépôt des armes | ז | et retour à la maison | ב |. De même que passer de 7 à 2 peut s’interpréter comme sortir du jeu des 7 familles, de ses rivalités et de ses alliances, pour entrer dans un jeu à deux. N’est-ce point quitter la place publique où on tente vainement à 7 de refaire le monde (par ailleurs, créé en 7 jours) ? Et se retirer à 2 dans la bulle intime où se mêleront les désirs d’où naîtra du neuf ? Et il en est né.

Surinterprétation ? Pas tant que ça. Le Glébeux a une histoire. Il est le fruit fortuit de la rencontre d’une femme ayant quitté sa maison pour fuir le fascisme mussolinien, et d’un homme ayant quitté la sienne pour fuir le fascisme franquiste. Tous deux se rapprochent par le même combat qu’ils poursuivent tous deux hors sol, sans trop prêter d’attention au désir qui entre eux s’éveille, comme un élan vital, animal et impensé, d’où naîtra un désir autre que le leur, celui du fils qu’ils firent ainsi ensemble. Un désir hors sol cherchant sa maison. Un désir désarmé, ce qui ne veut pas dire sans puissance mais simplement libre et non pas dirigé d’avance par l’arsenal déposé à ses pieds à la naissance pour que se forme au plus vite le désir d’en user.

Extension : le recours au latin

Glèbe, du lat. class. gleba, æ, subst. f., motte de terre : glebis aliquem agere, chasser quelqu’un à coup de mottes de terre. – Par ext. : sol, terrain ; taxe sur une terre, sur un domaine ; domaine lui-même, ensemble des terres soumises à la même taxe. – Par ext. : population soumise à cette taxe, serfs attachés à un domaine. –

Que révèle cette archéologie du sens ? On voit bien comment glebo, onis, subst. m., cultivateur, désigne à l’origine celui qui est attaché à la glèbe, à la terre, matière nourricière qu’il travaille, puis celui qui doit, pour travailler, acquitter la taxe attachée à cette terre, puis celui qui est lui-même inclus dans la propriété du seigneur possédant tout, la terre et ses fruits, les hommes et leur labeur. Que révèlent donc ces glissement de sens si ce n’est la victoire progressive de désirs dévoyés s’accaparant tout, par la ruse ou la violence, dans une compétition effrénée visant la domination de la Terre entière, humanité comprise ? En celà, est-ce l’exégète qui spécule ? Main mise sur le sens ou éclairage des mots ?

Gleba donne l’adverbe glebatim, agir en cultivateur, guidé par le bon sens paysan. Cet adverbe peut être rapproché de verbatim, mot pour mot, et donc donner motte pour motte (dent pour dent), voire motte à motte (mot à mot). Ainsi le glébeux est-il celui qui pensera et agira glebatim, ce qui s’entend par terre à terre, dans une économie simple et directe de défense et consolidation du seul territoire qui lui appartient : lui-même. Le ressort ainsi bandé est similaire à celui qu’en d’autres temps bandèrent les pionniers de la littérature picaresque.

Conclusion : le retour au francorse

Ce séminaire n’aura rien brassé d’autre qu’un mot. Fécond. L’instant initial libérant la faconde. Elle se jouera en parsemant le texte d’expressions restituant les métissages en cours fusant et fusionnant dans le parler populaire. Bonne lecture !

NOTULINA
(1) Celui qui avance en tremblant, mais sans jamais sortir des rails. On voit alors qu'est ainsi désigné celui qui se conforme à l'état de fait, tout en pouvant trembler de deux choses distinctes : d’une pression interne où se joue la peur de mal faire (dévotion), ou bien d’une pression externe engendrant cette peur et contraignant ainsi à se laisser guider par la seule voie possible (soumission). Qu’est alors le glébeux si ce n'est celui qui ne tremble de rien et se fait son chemin tout seul ?

Christian Maïni, Jean-Paul Ceccaldi, Olivier Collard,
Des pruneaux dans la pulenda,
Bastia : Editions du Cursinu, 2016
Coll. Trinichellu

Christian Maïni, Jean-Paul Ceccaldi, Olivier Collard, Pascal Sain,
Boues rouges colère noire,
Bastia : Editions du Cursinu, 2016
Coll. Trinichellu

Posté par musici à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,