21/12/17

Bon Natale*

* Joyeux Noël. Cette image contient des représentations d’objets ou d’aliments suceptibles, sous certaines conditions, de s'avérer très addictifs et de nuire gravement à votre santé ou à votre équilibre psychologique. À regarder avec modération.
Posté par musici à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20/12/17

Les six Rhapsoderies somnambulesques : polyptique

Posté par musici à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20/12/17

Processus inverse

Imagine donc, s’offrant à la spéculation, une plaque métallique gravée au laser de poing dans un stand de tir réunissant les meilleurs snipers d’un district résidentiel huppé. 
Posté par musici à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20/12/17

De la maquette à la moquette

Pourquoi ne donne-t-on jamais,  pour un ouvrage de librairie, son prix au mètre carré ? C’est cette question qui m’a décidé à entreprendre la transformation de mes maquettes en dalles de moquette. Ci-dessous, la dalle princeps, livrée aux intelligences artficielles, les seules à être en mesure de déterminer si ce bout de moquette a été généré à partir d’un texte porno ou d’une méditation sur le Dasein de Heidegger.  
Posté par musici à 04:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27/10/17

Jean-Pierre Santini, Le non-lieu

« Le souvenir est le début de l’écritureet l’écriture est à son tourle commencement de la mort (si jeune qu’on l’entreprenne). » Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, 1972. « Aujourd’hui, maman est morte[1]. » Oui, Jean-Pierre, c’est très bien que tu aies réédité le non-lieu cinquante ans après sa sortie. Jubilé. Du temps de nos ancêtres les Hébreux, le jubilé était une solennité qui, tous les cinquante ans, prononçait une expiation générale. Ainsi, dans le Lévitique, est-il dit... [Lire la suite]
Posté par musici à 15:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
16/10/17

Dernières minutes d’innocence

Premier livre. – Eléa avait en tête ses tourments et, de temps à autre, un de ces moments de solitude où le dialogue avec soi-même est canalisé par la présence d’un support et d’un moyen d’inscription. Des tourments vieux comme le monde, du moins le monde des lettres. Les doutes et les blessures plus ou moins profonds qui accélèrent ou retardent l’entrée dans l’âge adulte. L’enfance s’efface. Imago, dit le dico : « BIOL. Forme définitive de l’insecte adulte sexué, à la fin de sa métamorphose (ctrl.fr) ». Sur la page... [Lire la suite]
Posté par musici à 23:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11/08/17

Anthroposophie fondamentale de la Corse

2017. – L’anthroposophe Galibert publie à Barrettali 200 pages hors collection [1]. Rien ne permet de dire que son éditeur, À Fior di Carta, ignorait totalement le Full Moon de Cacciamosca [2] qui donne pourtant des conseils très précis permettant de déterminer les dates de parution des ouvrages en fonction des phases de la lune. Dès le cycle lunaire suivant, l’auteur publie à Ajaccio 2 pages d’entretien dans le supplément hebdomadaire de l’unique quotidien local. Soit, 200 pages versées en milieu rural contre 2 en milieu... [Lire la suite]
Posté par musici à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25/07/17

Frédérique Ettori : métamorphose de la métaphysique

« Elle va rougir, hausser les épaules et dire que ce n’est qu’un petit livre », annonce Laurent Cachard, dans sa préface. À la journée des éditeurs, Frédérique Ettori a réalisé la prophétie du préfacier lorsque je lui ai demandé de me dire deux mots du livre qu’elle signait sous les palmiers de la Place Foch. Petit livre. Vite lu. Effectivement. J’ai compté 20 nouvelles, en mettant à part la dernière, que j’ai perçu comme une sorte de postface. Deux pages de plus consacrée à la plus récente des émotions de Frédérique : le... [Lire la suite]
08/07/17

Littérature et styles anthropologiques

Il va de soi que dans une société de consommation pure et parfaite les bons livres sont ceux qui satisfont tous les membre d’une catégorie bien délimitée et numériquement consistante de consommateurs solvables. On y rêve alors de livres épousant totalement les opinions déjà formées et leurs cohortes de jugements déjà énoncés. Pourquoi ne pas écrire alors un livre de dénonciation où seraient cloués au pilori tous les auteurs qui se satisfont eux-mêmes ? On l’appellerait « Anthologie du solipsisme » en s’indignant... [Lire la suite]
07/07/17

Donner sens à ses actes : travailler ou consommer ?

« Une nation est le produit du travail accompli par ceux qui la constituent. »Pierre-Yves Gomez, 4ème de couverture. Ami lecteur, si tu cherches des livres de recettes et rejettes les livres inspirés, passe ton chemin. Ami lecteur, si ta réflexion sur le travail se borne à faire faire aux autres de mieux en mieux ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse faire de temps en temps, n’ouvre pas ce livre. Surtout pas. Surtout pas toi. Mais s’il t’es arrivé, ne serait-ce qu’une fois, de te demander si ce que tu fais a du sens, comme ce... [Lire la suite]
Posté par musici à 16:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,